Peinture et photographie

Les deux arts sont forcément étroitement liés, mais l’on ignore souvent la véritable influence de l’un sur l’autre. 

Tout d’abord, il faut savoir que la photographie a été inventé par les peintres et pour les peintres au cours du XVe siècle, pour résoudre le problème, bien évidemment, de la reproduction d’une chose réelle sur une surface plane, autrement dit du passage de la 3D à la 2D, mais en gardant tout autant de réalisme. Le système s’appelait camera oscura (chambre noire). Même si Léonard de Vinci et ses contemporains en usèrent légèrement, c’est surtout au cours du XVIIe et XVIIIe siècle qu’elle fut systématiquement employée, principalement en Hollande et en Italie, notamment avec Vermeer de Delft, Hoogstraten, Vanvitelli, Zuccarelli, Canaletto et Bellotto. 

Il n’y eut guère de réaction de la part des critiques lors de l’arrivée de la photographie. Mais il y eut un jour une lecture publique de la lettre que Daguerre, considéré un temps comme son inventeur, dans laquelle il décrivait son enthousiasme devant cette méthode de reproduction du réel qui devenait subitement « la servante idéale de la peinture » (Baudelaire). Delacroix dit aussi que la photographie permettrait aux peintres d’atteindre une supériorité inégalée. 

Au début, les plus grands photographes étaient aussi des peintres, de niveaux divers et variés. Mais leurs relations se sont détériorées lorsque les photographes prétendirent au statut d’artiste et obtinrent de l’Empereur d’exposer au palais de l’Industrie en 1859 dans des salles proches de là où se tenait le Salon annuel de peinture. Une pétition est signée 3 ans plus tard pour empêcher toute assimilation de la photographie à une oeuvre d’art. 

On peut aisément deviner que devant le réalisme des clichés en voie de développement, les peintres se sont retrouvés devant un sérieux problème. Le Baroque, le néoclassicisme ne suffisaient plus, il fallait se mettre à un nouveau style que la photographie ne pourrait reproduire. La peinture avait été jusqu’à ce jour une représentation réaliste du monde, de la réalité, elle allait prendre une toute nouvelle fonction. Ainsi arriva l’impressionnisme avec Monet, Cézanne, Renoir… 

À cela succède l’art moderne, puis l’art contemporain : Picasso, Matisse, … Au cubisme s’ajoutent le futurisme, le surréalisme, l’art abstrait…

L’on sait que la peinture moderne et abstraite a eu une influence sur tous les arts depuis, de l’architecture à la sculpture en passant par la danse et la musique. S’est imposée une sorte de « liberté » qui mériterait débat quant à la légitimité de son existence. Ce qui est sûr, c’est que les nouveaux termes ne manquent pas pour définir et surtout justifier l’existence de certains tableaux : Op’Art, figuratif imaginaire, hyperréalisme, primitivisme, abstraction informelle, …

L’on devra attendre quelques décennies pour voir qui, comme de Vinci, Monet, ou Picasso, traversera les siècles.

L.T.