Tout se transforme

En regardant une interview d’Etienne Klein, je me suis arrêté sur, comme cela me tient à cœur, des termes que, comme nous l’a fait remarqué le scientifique, nous utilisons mal. Notamment pour ce qui concerne l’énergie. Vulgairement on a tendance à penser que l’énergie provient d’une source et qu’on la dépense pour qu’il n’en reste rien ensuite. On parle d’énergies renouvelables, par exemple, mais aucune énergie, par définition n’est renouvelable, puisqu’elle ne peut être réellement consommée pour finir par ne plus exister. L’énergie demeure quelle que soit son utilisation. L’énergie contenue dans les aliments que nous ingérons sera fournie aux muscles, par exemple, pour des déplacements, des mouvements, ce qu’on appelle une « dépense » d’énergie, mais cette énergie (non) dépensée rejoindra un autre endroit, sous forme de sueur, de mouvements. En réalité, l’énergie n’est jamais dépensée mais plutôt transformée, c’est-à-dire qu’on la fait éventuellement changer de forme. Mais la quantité d’énergie existante ne change pas autour de nous. Les molécules, en revanche, qui constituent les différentes sources d’énergie peuvent avoir des agencements différents, des aspects différents, mais pas l’énergie en soi. Donc pas d’énergie renouvelable ! De l’énergie, en même quantité avant et après, quelle que soit son utilisation et sa transformation.